Gelée de mûres sauvages

Ca y est, la chasse aux mûres sauvages est ouverte! Les bords de chemin, les ronciers impénétrables, les cabanons abandonnés, les fossés aux eaux stagnantes, tous commencent à se parer de ce petit condensé de concupiscence qu'est la mûre. La mûre sauvage porte bien son qualificatif de sauvage car les mûres les plus charnues, les plus juteuses, les plus désirables sont toujours hors de portée. Il y a toujours un fossé infranchissable pour vous éloigner, des tiges épaisses recouvertes d'épines crochetées pour vous rappeler qui fait la loi, les mûres se trouvent toujours à un endroit où il fait 35° à l'ombre et en plus où il n'y a pas d'ombre, et enfin, la mûre sauvage camarguaise tout particulièrement est entourée d'une armée de moustiques, même aux heures où il n'est pas censé y avoir de moustiques, armée qui met toute son énergie à vous dissuader de stationner. Il faut donc trouver la motivation pour partir à la chasse aux mûres et pour moi, c'est le souvenir du goût de la gelée de mûres qui m'a donné le courage et la ténacité nécessaires.


Gelée de mûres sauvages

Je me suis donc parée de ma tenue de chasseuse: baskets, chaussettes hautes, jean, chemise épaisse, casquette, gants en caoutchouc épais, LA tenue spéciale anti-moustiques et anti-griffes, mais autant vous dire qu'avant même d'avoir quitté la fraîcheur de la maison, je commençais déjà à avoir chaud. J'avais fait mes repérages la veille, donc j'ai pu m'élancer franchement, prendre les mûres par surprise en quelque sorte (je suis sûre que les plus belles se planquent, sinon pourquoi seraient-elles si inatteignables?) Et là, petit pas par petit pas, avec le geste sûr, j'en ai attrapé plein. J'ai appris à aiguiser mon regard, écarter les ronces pour dénicher la mûre cachée, alterner les points de vue (plongée - face - contre-plongée) pour trouver la mûre invisible, utiliser ma queue de cheval comme chasse-moustique, prendre sur moi malgré la chaleur et les postures instables... une vraie guerrière du confiturier. Ecarlate, trempée de sueur, je suis rentrée à la maison, jubilant de ma prise, certes importante en nombre, mais peu en poids. Le soir même, malgré les épreuves de la journée, j'ai préparé la gelée (qui heureusement est assez rapide à faire) et j'ai pu constater que même là, les mûres devaient bien rigoler en haut de leur roncier, car avec tout ça, j'ai n'ai fait que deux pots de gelée (mais... quelle gelée 😍!)

Gelée de mûres sauvages

Gelée de mûres sauvagesIngrédients pour 2 pots:

* 750g de mûres sauvages
* 2 pommes
* 300ml d'eau
* 500g de sucre blanc
* 1 citron (utilisé pour son jus)

Temps de préparation: 30 minutes
Temps de cuisson: 20 minutes

Au préalable, stériliser vos pots en les ébouillantant dans une casserole d'eau pendant 10 minutes ou en les plaçant au four à 150°C pendant 15 minutes. 

1/ Rincer les mûres sous l'eau pour enlever poussière, brindilles, fourmis, araignées... puis les mettre dans une grande casserole. Brosser les pommes sous l'eau puis les découper en petits cubes, peau, pépins et tige compris, puis les ajouter à la casserole. Verser l'eau sur les mûres et porter le tout à ébullition. Cuire à frémissements pendant 5 à 10 minutes, le temps que les mûres éclatent et que les pommes ramollissent.

2/ Verser le contenu de la casserole sur une passoire fine ou dans une étamine (ou le passer dans un moulin à coulis si vous en avez), pour filtrer le mélange, en recueillant le jus dans un grand bol. Presser sur la pulpe pour récupérer un maximum de jus. Cette étape peut prendre un peu de temps car le but est de jeter le moins de pulpe possible.

3/ Verser le jus de mûre et de pomme dans une casserole, ajouter le sucre et le jus du citron. Mélanger puis porter à ébullition. Cuire à gros bouillons pendant une dizaine de minutes. Lorsque les bulles commencent à devenir épaisses et sirupeuses et/ou que lorsque vous posez une goutte de la gelée chaude sur une assiette très froide, la gelée épaissit, c'est que la cuisson est terminée.

4/ Mettre la gelée en pots, retourner les pots sur leur couvercle, et laisser refroidir la gelée pendant quelques heures sans bouger les pots.

La gelée de mûres sauvages se déguste sur du bon pain, avec du bon beurre, éventuellement accompagnée d'un peu de fromage.

Commentaires